Étiquettes

,

Combat matinal : Les fourmis attaquent notre pain quotidien, faut se défendre 

-C’est quand même plus sympa que les « Cucarachas » (cafards) !

-Ils avaient envahis le camion !

-On a eu un mal de chien à s’en débarrasser… Heureusement c’était des petits cafards, pas les gros de 5/6 cm !

Café trop chaud,

Nuit trop chaude,

Pluie trop forte…

Dure nuitée sous l’Equateur pour l’homme blanc

Le moteur s’élance, la route défile, vie quotidienne s’étire au long cours

Une écharpe pour les cervicales, un volant pour rouler, un grain de folie pour le reste!



Sur les routes, la conduite n’est que surprise !

Les gros camions américains White, Mack, les voitures Toyota, Hundai, le goudron parfait, l’Equateur étale son « américanisation »…

Cavale n’est plus dans le coup!

Nous non plus! On fait au mieux… En Equateur il n’y a pas d’assurance pour les véhicules des étrangers..

Pas drôle…

Les fous du volant jouent les virtuoses.

Chacun veut impressionner le camion du « gringo »

Cavale avec fierté (et avec ses 400CV) fait comme papy, de la résistance…

Les camions croisés ou suivis crachent de leurs poumons de fer des volutes noirâtres,

Les nôtres crachent les particules.

Le carburant est pourri!

Un baobab local, étrange, l’Afrique c’est loin !

Baobab? on dirait des arbres « bouteilles »

Arbres troncs au feuillage absent ou presque, inquiétants ? 

-sont-ils malades ?

Ce sont les derniers spécimens d’une forêt primaire équatorienne, chapeau bas!

…. Plus de commentaire, on découvre 


35°/36° fait vraiment chaud dans les collines

Les pneus Michelin s’usent plus que raison

Double sueur,

Faut qu’ils tiennent encore 8 000 km… Montévidéo c’est loin

et ici en Amérique du Sud, le remplacement de mes chers,( très chers !) pneumaticos Michelin est impossible, ils ne sont pas importés….

150 l de diesel pour 39,5 euros ! on oublie vite nos pompes à carburant

Les gilets jaunes devraient venir ici, cela les calmerait peut-être (est-ce possible ???)

M.. ! un porche d’une ville à la déco délirante

-LA hauteur ? OK?

-Je passe

-Ouf !

Au loin le Pacifique est de plus en plus turquoise, 

La plage, les pêcheurs et leur dur labeur, quelques poissons pour vivre le quotidien sont dans les mailles.

Je suis un peu fatigué, la conduite m’use, me lamine… Faut pas vieillir

-Faut faire avec !

-Pas vrai ?

-C’est vrai me glisse Claude d’une voix éteinte. 

-Faut trouver un lieu pour notre halte nocturne.

On cherche, comme tous les soirs

Usant…

Une place sous un réverbère, des paillotes sur la plage de sable blanc, quelques cocotiers


On distribue des bonsoirs pour « sentir l’ambiance » si aucune réponse, la loi : tu pars !

-Tu te rappelles, à Saraguro, les gens que l’on saluait nous tournaient le dos

-C’était des « Saraguro » un peuple du lac Titicaca déplacé par les incas (déplacement forcé pour l’asservir)

-Ok mais la nuit, ils nous ont crevé un pneu !

-Pas cool, il y a des cons partout !

-Buon tardes ! ouf… on nous répond, même avec des sourires…

Sur la plage, des cailloux bleu turquoise sont semés divinement.


Ils sont beaux devant la blancheur d’écume de mer … pacifique….

Des pélicans rasent les vagues, comme d’hab !

Les frégates plongent sur des poissons distraits, pas de chance pour les rêveurs !

Signes de quiétude ? faut bien se rattacher à quelque chose pour choisir son camp

L’endroit est beau avec sa vie sans artifice

Et ici il y a un vendeur de pizza ! Trop bien

-T’es d’accord

-D’accord, on stoppe.


Avec élégance, des surfeurs caressent les vaguent,

Disparaissent, désarticulés dans l’écume…




…et sur le sable, des familles pataugent dans les eaux chaudes.

La vie du soir est sur la plage



Oui c’est calme

Enry, Gabriel, Paolo les surfeurs de Puerto Cayo viennent nous voir



Echanges (avec notre espagnol hésitant !)

-Vous surfez bien !

-Gracias amigos gringos

-Pas gringos ! francese !

-Bien.

-C’est tranquilo ici ?

-Mucho tranquilo !

-A demain pour l’échange de photos 

Un camion rouge défraichi recule avec son éternel bip bip énervant, rien n’est parfait

On n’a envie que de regarder le rouge soleil et son plongeon nocturne

Les risées ventilent notre chez nous, à l’intérieur de Cavale: 29°6 cool !

La pizza est délicieuse

La nuit nous enveloppe

-On est bien

-Oui ?

-Oui.

Une journée de voyage tranquille en Equateur, que demandent les voyageurs que nous sommes ?

Oui, Tout est bien

Hasta Luego 

Texte, Georges

Photos, Claude et Georges

Camp plage du village de pêcheurs de Puerto Cayo : S : OI°21’ 06.66’’  W : 80°44’ 23.46’’

et il y a même une sirène qui entre dans nos rêves…